Découvrez Guillaume Néry, le champion du monde d’apnée

Le champion d’apnée français Guillaume Néry est capable de plonger à 125 mètres de profondeur, en une seule respiration et à l’aide de sa seule force musculaire. Grâce à ses nombreux exploits à travers le monde et un savant mélange de sport d’élite et d’art vidéo, Néry nous emmène à la découverte de l’immensité de la nature, nous démontre l’incroyable adaptation du corps humain au milieu aquatique et partage avec nous les valeurs acquises dans les profondeurs marines.

Dans son film Free Fall, où Néry saute dans le vide, en apnée, à l’intérieur du trou bleu de Dean, le deuxième trou le plus profond au monde avec 220 mètres de profondeur, il dévoile la beauté et le caractère mystérieux de cette baie des Bahamas. Cette vidéo virale, qui a été réalisée par son épouse Julie Gautier, a atteint les 26 millions de vues sur YouTube. Pourtant, selon leurs déclarations dans l’émission américaine Outrageous Acts of Science, « l’idée n’était pas de toucher le fond mais plutôt d’explorer une nouvelle manière de filmer sous l’eau, en repoussant les limites et en plongeant au plus profond ».

La magie de l’apnée

Ayant remporté plusieurs titres de champion d’apnée en poids constant, Guillaume Néry réussit à maitriser totalement le corps par l’esprit dans les conditions les plus extrêmes et en retenant sa respiration, il parvient à faire le vide dans sa tête et à se plonger dans un état de plénitude et de détente absolue.

Pour Néry, plonger en apnée équivaut à partir à la conquête de l’univers, il s’agit d’un voyage qui l’emmène vers une dimension inconnue et inexplorée. Lors de la conférence qu’il a donné au TED, The exhilarating peace of freediving, il dévoila ses impressions dans les profondeurs, à 123 mètres de profondeur et sans bouteille d’oxygène. “Je me sens être un petit point, une poussière d’étoile qui flotte au milieu du cosmos, au milieu de l’immensité. C’est fascinant, comme sensation, parce que je regarde en haut, en bas, à gauche, à droite, devant, derrière, et je vois la même chose : ce bleu infini, très profond.

La plongée en apnée lui permet également de s’imprégner d’autres valeurs comme l’humilité, l’acceptation du moment présent et le respect de l’équipe qui l’entoure. « Lorsque je plonge dans ces profondeurs, je ne suis rien au milieu de cette immensité. C’est une expérience envoûtante ».

Découvrez la vidéo dans laquelle Guillaume Néry explore la piscine Y40, la plus profonde au monde, en une seule immersion et sans équipement de plongée !

Une piscine dans la campagne de Puglia

L’architecture du passé se reconnaît parfaitement dans cet établissement hôtelier situé à quelques kilomètres d’Ostuni, celle que l’on appelle la ville blanche de Brindisi, au cœur de la campagne de Puglia. Andrew Trotter a conçu, au cours d’un processus de trois ans pour se plonger au cœur des traditions locales, cette boîte lumineuse où tout se déroule autour d’un patio. Une fois dedans, on est surpris par sa fantastique piscine qui s’intègre à un paysage jalonné d’impressionnants oliviers âgés de 500 ans.

D’épais murs, des plafonds voûtés, des sols en pierre et des murs blanchis à la chaux. Les espaces, ainsi, sont maintenus au frais pendant les journées les plus chaudes de l’année. Les détails architecturaux sont si simples, que l’espace est idéal pour se perdre et se détendre dans chaque recoin, sans agitations. Cet hôtel compte six chambres de 24 à 45 mètres carrés, elles disposent toutes d’un jardin privatif ou d’une terrasse privée avec vues sur la campagne.

On a rarement recours à l’air conditionné dans ce bâtiment ; les panneaux solaires fournissent suffisamment d’énergie pour l’éclairer et le chauffer. La ferme-hôtel dispose d’une source d’eau privée : son puits fournit de l’eau douce au débit constant pour couvrir tous les besoins.

Piscina Puglia

Masseria Moroseta a été construite selon les critères du kilomètre zéro, un élément qui caractérise tous les exercices architecturaux respectueux de l’environnement. Et bien évidemment, en phase avec cette philosophie, tous les aliments et boissons proposés par cet hôtel sont cultivés par les propriétaires eux-mêmes, ou achetés à des agriculteurs locaux, des producteurs et des artisans.

Le repas, les relations sociales, les rituels, un exercice physique régulier, profiter de l’air libre et du soleil. C’est là la base de cet établissement singulier. Doté d’un four en pierre âgé de 200 ans, parfait pour faire griller des viandes et des légumes. En octobre, les propriétaires encouragent les hôtes à cueillir les olives du domaine.

L’activité de l’établissement est complétée par toute une offre de services de spa à utiliser seul ou en couple. Des rituels orientaux, exfoliants, désintoxicants ou anti-âge à l’aide de certaines plantes méditerranéennes provenant de la ferme elle-même, constituent quelques alternatives. Le yoga accompagne d’autres hôtes dans leur retraite dans cette ferme de rêve.

Piscina entre olivos

Photographies : © Salva López

Une ancienne ferme avec une piscine naturelle

Chênes-liège, chênes et pins caractérisent le paysage catalan du Parc naturel de Les Gaverres où le bureau barcelonais Zest Architecture a restauré une ancienne ferme. Dans cet endroit idéal pour la pratique de la randonnée, l’intervention des architectes devait respecter le bâtiment original en raison des exigences de la réglementation en matière d’urbanisme, bien que, avec un grand succès, il ait réussi à le réinterpréter et l’adapter à notre époque actuelle, en l’intégration soigneusement à ce bel environnement.

Les murs de la ferme étaient constitués de pierre, des murs lourds comme dans tous les exemples d’architecture vernaculaire du site. Le nouveau logement ouvre les façades et permet à la lumière naturelle d’envahir l’intérieur à travers les fenêtres en bois encadrées dans de profonds coffrages en acier corten. Le contact visuel entre le nouvel espace créé et l’environnement s’est accru et a permis d’enrichir l’espace.

Adaptée au terrain, on peut accéder au jardin à partir de différents niveaux de la nouvelle habitation. Le rez-de-chaussée, abrite les chambres. À l’étage supérieur se trouvent les pièces à vivre. De là, on peut accéder à la piscine, qui s’étend le long d’une faille du terrain dans le jardin. L’eau est recyclée par épuration biologique, et ultérieurement, elle est utilisée pour l’arrosage du jardin. La piscine naturelle est conçue sans chlore ou autres produits chimiques, les plantes et le gravier filtrent et purifient l’eau.

La maison a été conçue avec les critères de Passivhaus. Ce qui fait de cette habitation un foyer à très basse consommation énergétique. Les architectes ont apporté une bonne isolation thermique. Isolation qui, dans ce cas, est constituée de liège, un matériel extrait naturellement dans la région. À l’intérieur, le logement a été parachevé avec un crépi d’argile. Non peint, le matériel naturel a été laissé à la vue. Les pavements sont en béton poli mélangé à de l’oxyde avec une finition à la cire d’abeille. La maison dispose d’une installation de géothermie destinée à produire de l’eau chaude et du chauffage, complétée par un sol rafraîchissant pour l’été.

Cette maison rurale, que vous pouvez visiter sur vidéo, est idéale pour le repos !

Photographies : © Jesús Granada

Piscines à fort contraste

20

En 2018, la popularité des piscines de couleur et comportant un effet de surprise prend de l’ampleur. Nous vous montrons aujourd’hui certaines des plus créatives, démontrant que la piscine n’est pas uniquement un lieu destiné au bien-être mais également un environnement où profiter de l’art chez soi.

Piscines inspirées de la nature

Pendant toute sa trajectoire, l’architecte Luis Barragán a fait en sorte que l’eau de ses piscines projettent les couleurs de la lumière du soleil, de la texture des murs multicolores, des arbres du patio, ou du ciel lui-même ; du gris au violet en passant par le bleu durant les jours les plus clairs. Dans son œuvre, il a constamment fait en sorte que les jardins soient des maisons et les maisons des jardins. Dans la Casa Giraldi, Luis Barragán a placé une piscine aux parois bleu et rouge près d’une table rustique, en bois massif, suggérant la même inspiration que la plus belle œuvre d’art.

Saturation maximum

Les dernières tendances en matière de couleur sont présentes dans la plupart des œuvres de l’architecte mexicain Ricardo Legorreta. Dans ses piscines, il oppose le rose au jaune ou au violet, de manière libre en créant une atmosphère joyeuse et chaleureuse.

Piscines méditerranéennes

La piscine en forme de croix latine de la Muralla Roja (Calpe, Alicante) de Ricardo Bofill a été le théâtre de nombreuses campagnes publicitaires. Sa piscine de couleur grenat à Mont-Ras (Costa Brava) est une autre référence clé au sein de cette tendance.

Piscines conceptuelles

Dans le complexe conceptuel The Library (Thaïlande), les mosaïques jaunes et grenat de la piscine contrastent avec les parasol rubis et la mer turquoise à l’horizon. Cet espace est un exemple de la manière de jouir de l’art dans l’eau de manière complètement inhabituelle.

Pour ajouter de la couleur dans la piscine, sans aucune intervention nécessaire, on peut installer des lampes et des points de lumière sans fil contrôlés à distance, qui font de notre piscine un lieu destiné au bien-être et de plus, un espace consacré à la créativité et à la surprise.

Images :  Cuadra San Cristóbal (Luis Barragán); Onnis Luque- Casa Giraldi (Luis Barragán); Deezen- Casa Kona (Ricardo Legorreta); Legorreta + Legorreta- Adrenaline House (Ricardo Legorreta); The Vandalist – Maison familiale Mont-Ras (Ricardo Bofill); Ricardo Bofill- The Library; The Library.

 

Villa K, nager à l’orée de la forêt de Thuringe

Nous nous rendons dans le cabinet d’architectes Paul de Ruiter Architects pour montrer un très bel exercice de maison individuelle durable. Ce cabinet hollandais vient de projeter et de construire la Villa K en Allemagne. Une commande, qui avant tout, recherchait un résultat discret et intégré dans l’environnement naturel.

Et le résultat a été celui-là : un corps parallélépipède propre et transparent, orienté au sud, correctement placé sur le flanc et qui permet à un corps perpendiculaire placé sous sa grande plate-forme de base, et abritant la piscine de ressortir en dessous. Derrière celui-ci, un autre corps est adossé au flanc et contient, sur un plan plus fermé, les installations, un entrepôt et un vaste garage pouvant contenir six voitures.

Les matériaux ont été soigneusement choisis. Le verre du volume principal continue à faire disparaître le corps dans l’environnement, car il fait se refléter le ciel et la forêt à la vue de tous. Il sert, en outre, à éliminer la sensation de volume construit, et procurent d’incroyables vues sur la vallée, de l’intérieur comme depuis le point de vue qui s’étend de l’est à l’ouest de l’ensemble du logement. Cette grande terrasse est interrompue en son milieu par un patio partiellement couvert, qui traverse la villa du nord au sud, et qui marque l’accès et l’interconnexion entre le logement et les espaces de service sous le flanc.

Cet axe perpendiculaire à la montagne sépare l’espace intérieur fonctionnellement et formellement attire toute l’attention sur la piscine. Un détail subtil qui est celui d’élever la partie de la terrasse sur la piscine, permet de l’utiliser depuis le cœur de la maison jusqu’à l’extrémité la plus éloignée. Parfaitement intégrée au paysage grâce à ce détail, la villa a été placée du point de vue climatique de manière efficace. Parallèle au flanc sur sa partie en verre, et sous elle la partie auxiliaire. La face sud en verre reçoit la lumière naturelle et les rayons du soleil, alors que la partie souterraine renferme le froid.

Un échangeur de chaleur installé dans la villa stocke et gère le confort de la maison. Le système est relié à un toit réfrigérant et à un système de chauffage par sol radiant, garantissant une température très confortable tous les jours de l’année. Un système informatique commandé guide les deux systèmes.

Photographies : © Pieters Kers & Patrick Voigt

Découvrez la piscine de requins de la maison LEGO

La maison LEGO, qui a été inaugurée récemment dans le centre de Billund au Danemark, est une construction surprenante à taille réelle édifiée à l’aide de 25 millions de pièces de plastique, et où rien n’est ce qu’il paraît. Au total, 21 espaces en forme de briques superposées invitent des enfants et des adultes à explorer l’espace à travers le jeu et l’imagination. La maison de la marque de jouets danoise a été conçue par le studio d’architectes BIG montrant les infinies possibilités des pièces LEGO.

Dans la piscine de la maison LEGO, se trouve un sous-marin échoué, des requins menaçants les mâchoires grande ouvertes, et un surf qui se déplace dans les eaux infestées de dangers de la mer. « C’est ce que les enfants font chaque jour avec les pièces LEGO, et ce que nous avons fait dans la maison LEGO avec la construction actuelle, permettant à Billund de devenir la capitale des enfants », explique Bjarke Ingels, associé fondateur du cabinet d’architectes BIG.

La construction se trouve sur un espace de jeu public de 2000 m², elle est éclairée à travers des fissures dans chaque volume. Sur cette place, les briques et les galeries sont ordonnées en suivant les différents thèmes pour chaque couleur primaire de LEGO. D’après ce qu’explique l’équipe chargée du projet, de cette manière, « la recherche des expositions se transforme en un voyage à travers le spectre des couleurs ».

À l’intérieur de la maison LEGO, une gigantesque cascade d’eau multicolore surgit dans la salle Rouge, elle est consacrée à la créativité, formant des bulles et une mousse de pièces de couleur. Le monde sous-marin est présent sur tout le parcours, en particulier dans l’espace jaune, conçu pour l’exploration des émotions. Ici, dans un énorme aquarium, nagent des poissons, des poulpes et des méduses, entre végétation marine et un récif de coraux construit intégralement à l’aide de brique LEGO.

Chez The Cool Pool, on adore les constructions en briques ! Vous aimeriez découvrir un autre surprenant logement  conçu avec deux impressionnants volumes longitudinaux ?

Images Iwan Baan

Une piscine sur l’horizon de Tarifa

James&Mau constituent un cabinet d’architecture qui, en plus d’être les fondateurs d’Infiniski, ont conçu à Tarifa un logement modulaire de grande qualité, du point de vue architectural et environnemental. Bien que la mer soit éloignée du terrain, grâce à son emplacement en hauteur, à son inclinaison, et à la disposition de la construction comme s’il s’agissait d’un observatoire panoramique, de la Maison de Tarifa on peut jouir de spectaculaires images de ce magnifique horizon. Sur un mur de fondation, qui profile la bordure du projet, en laissant un vide entre chaque espace habitable, les architectes ont intégré la piscine ; cette composition blanche rappelle les volumes typiques des maisons de la campagne andalouse.

Fonctionnellement, la maison est divisée en six pièces. Chacune d’entre elles enfermées dans un seul volume parfaitement différencié des autres. C’est la distribution qui a été proposée au client, qui recherchait quelque chose de plus qu’une habitation. Les espaces extérieurs entre les « boîtes » deviennent de nouveaux espaces habitables et pouvant être exploités pour une infinité d’usages : manger à l’ombre, se reposer dans un confortable canapé ou simplement contempler, la mer, dans le fond.

L’ensemble est recouvert par une visière en tôle ajourée qui permet de maîtriser les effets du soleil en été et la météo en hiver, l’habitation gagnant ainsi un degré de confort fabuleux.

L’importance de l’eau dans la maison

La maison possède de nombreux chemins ainsi que de nombreuses vues sur le paysage qui l’entourent, mais ce dont elle est particulièrement fière, c’est de la piscine de 15 mètres de long sur 4 de large, conçue à ses pieds, qui s’intègre face à ses espaces habitables, offrant une belle base à ses pieds sur laquelle se répand la végétation en face d’elle, végétation qui par ailleurs s’immisce entre les parties de la maison. Elle a colonisé peu à peu la maison elle-même, ce qui fait que l’on a la sensation d’être dans le paysage même.

La présence de l’eau est importante dans ce projet. On la voit de presque partout dans la maison. Même couché dans la chambre principale. Aussi important est le pari lancé pour une construction industrialisée. Une stratégie de plus en plus utilisée, car elle permet de réduire les coûts, les durées et la pollution environnementale. La Casa Tarifa est un exemple magnifique de ce respect par l’architecture dans toute sa dimension. De par sa rigueur de composition et de construction, et du fait de l’engagement démontré envers la protection de la planète. La paroi intérieure est composée d’une isolation en laine de mouton, ainsi que de panneaux de fibre de cellulose et de plâtre naturel pour les paramètres intérieurs. La maison est chauffée à la biomasse et utilise des panneaux solaires pour tempérer l’eau. Dans la piscine, ni chlore ni quelque autre produit chimique n’est utilisé pour le traitement et la purification de l’eau. Chaque entrée d’eau entre les volumes de la maison forme un réservoir contenant des plantes aquatiques qui traitent l’eau.

 

Photographies : © Erika Mayer HYPERLINK “http://www.erikamayer.at</a” www.erikamayer.at

Un centre aquatique dans le paradis des Alpes françaises

Courchevel est une station de ski de la vallée de la Tarentaise (Savoie). Elle est le lieu idéal non seulement pour s’adonner aux joies des sports d’hiver mais également pour profiter des bienfaits de l’eau dans ce coin des Alpes françaises.

Niché dans un paysage en terrasses typiquement alpin, le Centre aquatique Aquamotion est venu se poser en 2015 sur un espace offrant des vues imprenables sur la vallée et sur les montagnes et naît d’un challenge architectural qui vise à l’intégrer toujours un peu plus dans le paysage.

Le grand défi lancé par les architectes, le studio d’architecture allemand Auer Weber et le studio français Studio Arch en tant que collaborateurs était d’abriter sous un même toit deux espaces bien distincts en termes de fonctionnalité, et qui plus est, séparés sur deux étages. D’un côté, un espace loisirs et de l’autre côté, un espace détente et repos.  Tout cela niché sous une grande structure unique permettant de profiter des installations avec aisance et en totale osmose avec la beauté du cadre environnant.  Tandis que les installations sont à demi enterrées, la grande voute ressemble à une coquille qui émerge du sol et protège jalousement son espace intérieur. Cette grande ondulation de 80 mètres de large par 120 mètres de long laisse pénétrer généreusement la lumière en son sein. Les architectes ont également dessiné une série de coques qui s’intègrent dans la voute afin d’offrir de nouvelles vues depuis l’intérieur.

Avec une coupole s’élevant à certains endroits à près de 17 mètres, ce projet est une grande prouesse d’équilibre architectural, rendu possible grâce à la collaboration de l’équipe Bollinger + Grohmann. Le bâtiment prend ainsi l’allure d’une grande sculpture inondée de lumière et abritant divers espaces. Grâce à cette forme en saillie, il s’ouvre et communique avec l’environnement alpin, tout en captant une grande quantité de lumière naturelle grâce aux baies vitrées qui délimitent l’espace intérieur. Quelle merveille de profiter des bienfaits de l’eau dans ce centre aquatique, qui est enveloppé d’un manteau vert en été et d’un manteau blanc en hiver.

Parmi les installations intérieures, nous soulignerons un premier toboggan aquatique de 30 mètres et un second toboggan de 100 mètres de long, une piscine avec plongeoir, une lagune, une piscine intérieure et une piscine extérieure. Au centre du complexe, se trouve la piscine pour enfants, nichée dans un coquillage coloré qui accueille les plus petits. Dans ce paradis aquatique, vous pourrez également profiter des prestations suivantes : une grotte sombre dotée d’une piscine d’eau salée, un centre de massage aux nombreux soins et avec un espace donnant sur les saunas et les hammams ainsi qu’une piscine extérieure d’eau froide.

Chaque espace propose un design unique et spécifique. Pour le plus grand confort des clients, le centre aquatique est relié au parking par un tunnel souterrain.

Photos :  © Aldo Amoretti, Barcelona, Spain www.aldoamoretti.com

Maria Svarbova, la photographe des piscines ‘vintage’

Les images de la slovaque Maria Svarbova nous font découvrir des nageurs prêts à plonger dans la piscine, qui jouent dans l’eau, qui attendent au bord d’une échelle ou sur une chaise. Ses photos de baigneurs aux bonnets de bain colorés dans des piscines aux allures soviétiques ont suscité l’intérêt du secteur artistique et du monde de la mode.

Le travail de Maria Svarbova a été présenté dans des revues comme El País, The Guardian, Vogue Italia, Harper’s Bazaar, Forbes ou Cosmopolitan, pour ne citer qu’elles. Dans ses travaux, elle explore la symétrie, le corps humain et des sentiments comme la mélancolie ou l’absence.  Après avoir étudié la restauration et l’archéologie, c’est en 2010 que Svarbova choisit la photographie comme moyen d’expression artistique. Depuis lors, son travail consiste à créer des images avec, comme toile de fond, des espaces publics dans lesquels elle dépeint les moments de loisirs dans une piscine.

Svarbova se passionne pour la gamme de couleurs pastel et le minimalisme.  Elle a également un faible pour la mode et choisit avec soin les maillots de bain qu’elle déniche souvent sur des marchés proches des piscines municipales dans lesquelles elle réalise ses séances photo.

Svarbova travaille avec des logiciels de retouche photo qui lui permettent de créer des personnages identiques et immobiles, qui observent leur reflet dans l’eau. Ses photos sont très populaires sur les réseaux sociaux.  Instagram est précisément une des plate-formes qui lui permet de diffuser ses images, dans lesquelles le temps s’est figé juste avant le moment de la baignade.

Grâce à sa capacité si singulière à capturer la simplicité de la vie, elle a gagné le premier prix dans la catégorie “photographie conceptuelle et publicitaire ” au concours The International Photograph Awards, qui révèle les meilleurs photographes et les nouveaux talents de demain.

Flotter entre ciel et terre

Le Hôtel Hubertus, situé dans la ville de Valdaora en Italie, est un endroit magnifique dans le Tyrol du Sud, et particulièrement intéressant pour les voyageurs qui recherchent des paysages idylliques pour la pratique du ski ou de la randonnée, et qui veulent un endroit dans lequel se détendre après l’effort. Aux pieds du fameux Kronplatz, dans la vallée Pusteria, cet hôtel familial a été reconstruit et généreusement agrandi il y a quelques mois. L’installation, qui a ouvert comme une pension deux étoiles, s’est transformée, avec les années, et grâce au travail de ses propriétaires après plusieurs interventions, en un lieu exceptionnel.

Photographies : © Hôtel Hubertus

La nouvelle offre que la famille Gasser intègre à son complexe hôtelier prévoit une partie de 16 suites, une cuisine et plusieurs restaurants et bars, un accès doté d’un grand espace de réception, une cave, une salle de sport et une zone de détente avec terrasses panoramiques. Ce qui rend unique cette rénovation est que dans l’agrandissement, les Gasser ont misé sur l’intégration d’une piscine spectaculaire de 25 mètres de longueur, en guise de frontière entre le nouveau et l’ancien, pour mettre en évidence l’essence de cette ambitieuse rénovation hôtelière par le studio d’architecture Noa – Network of Architecture.

La piscine, qui est orientée vers la vallée et posée parmi les suites, semble être une dalle en pierre flottante grâce à sa couverture de couleur grise anthracite. Au bord de celle-ci, l’eau déborde du bassin vers le paysage et va se perdre dans l’infini. La piscine évoque un lac des Alpes, intégré au paysage montagneux, parmi les Dolomites, patrimoine mondial de l’Unesco.

Dans la piscine, plongé dans une eau maintenue toute l’année à une température de 30 °C, on n’observe aucune limite. Le volume de l’eau, qui vole à une hauteur de 12 mètres, est devenu l’attraction la plus réconfortante de l’hôtel. C’est comme si on flottait sur le paysage, entre ciel et terre. C’est grâce à une grande fenêtre découpée dans le fond de la piscine, que le nageur s’aperçoit qu’il nage en altitude.